Masques

 

 

Instinctivement les hommes cherchent à reconnaître des visages dans tout ce qui les entoure. Il suffit de deux trous pour signifier des yeux et un trou ou un trait pour une bouche. Cela vient de nos origines, pour pouvoir repérer et donc se protéger des bêtes sauvages.

Dans mes masques, le spectateur remplit les trous des yeux de sentiments qui lui sont propres et celui de la bouche d'un cri ou d'un silence.

Ce ne sont pas des masques à porter mais des "êtres" en eux-mêmes. Ils se tiennent tels des miroirs qui interrogent le spectateur.

Ce ne sont pas des masques qui cachent, mais au contraire des masques qui révèlent une humanité, un sentiment au cœur de la matière